E-book

Le groupe du livre Hachette est devenu cette semaine le troisième éditeur des Big Five au cours des 12 derniers mois à modifier ses conditions d’octroi de licences pour les livres électroniques à des bibliothèques. À compter du 1er juillet 2019, Hachette abandonnera les licences à accès perpétuel (où les bibliothèques paient un prix plus élevé tout en conservant l’accès au livre électronique) à un modèle à compteur de deux ans (qui permet d’obtenir des prix plus bas sur les licences de livres électroniques expirant après deux ans).

Dans un communiqué, les responsables de Hachette ont déclaré que cette substitution entraînerait une baisse des prix pour la « grande majorité » des livres électroniques de la bibliothèque Hachette. C’est une bonne nouvelle pour les bibliothécaires, qui se sont longtemps plaints du prix déraisonnablement élevé des livres électroniques de la bibliothèque de Hachette. Un porte-parole de Hachette a déclaré à PW que la plupart des titres de HBG coûteraient probablement moins de 65 dollars et que le nombre de prêts au cours de cette période de deux ans ne sera pas limité, sur la base d’un exemplaire par utilisateur.

Néanmoins, les bibliothécaires, qui se plaignent depuis longtemps que les modèles à compteur sont inefficaces et difficiles à gérer, ont réagi froidement à la nouvelle du changement, tout comme les vendeurs de livres électroniques en bibliothèque.

« Les bibliothèques apprécieront les coûts initiaux réduits et l’accès immédiat et continu aux nouveaux titres numériques », a déclaré la présidente de l’ALA, Loida Garcia-Febo, dans un communiqué, « mais l’augmentation des coûts au fil du temps nuit à notre capacité à soutenir un écosystème dynamique qui bénéficie aux lecteurs, auteurs et les éditeurs. « 

Garcia-Febo a souligné que le prix de la bibliothèque d’un livre publié par Hachette en mars 2019 dans Le livre de Ron Rapopor: La légende de M. Cub, la vie d’Ernie Banks était de 84 $, contre 14,99 $ pour le consommateur. pour le livre électronique.

Michael Blackwell, directeur de la bibliothèque du comté de St Mary (Maryland) et organisateur de la coalition ReadersFirst, acquiesça. «Ce changement impliquera un travail supplémentaire pour les départements d’acquisitions de bibliothèques et une érosion de notre pouvoir d’achat», a déclaré Blackwell à PW.

Après une période de calme relatif, les bibliothécaires ont exprimé leur préoccupation au cours de la dernière année du retrait des grands éditeurs du marché des livres électroniques en bibliothèque.

OverDrive, un des principaux éditeurs de livres électroniques, a également déploré le changement.

«Nous pensons que les éditeurs et les auteurs sont mieux servis en offrant des modèles d’accès flexibles et multiples aux prêts en ligne pour les bibliothèques, et qu’une recherche impartiale corrobore cette conviction», lit-on dans le communiqué. « L’imposition d’une limite de durée de deux ans limite la capacité des bibliothèques et des écoles à aider les auteurs publiés par Hachette Book Group. »

Après une période de calme relatif, les bibliothécaires ont exprimé leur préoccupation au cours de la dernière année du retrait des grands éditeurs du marché des livres électroniques en bibliothèque. En septembre dernier, Penguin Random House a également abandonné l’accès perpétuel à un modèle au compteur sur deux ans, dont les prix les plus élevés se situeraient autour de 55 $.

Et surtout, en juillet dernier, Macmillan a critiqué l’imposition d’un embargo de quatre mois sur les livres électroniques de bibliothèque pour les nouveaux titres de première liste, affirmant que le prêt de livres électroniques par la bibliothèque avait un effet négatif sur les ventes aux consommateurs.

Les responsables de Hachette, quant à eux, ont déclaré qu’ils n’envisageaient pas d’embarquer les titres de livres électroniques de premier plan pour les bibliothèques. « Nous soutenons le travail important de la communauté des bibliothèques pour le compte des livres et des auteurs et nous attendons avec impatience la poursuite de notre partenariat », ont déclaré les responsables de Hachette dans un communiqué.